Venise

Venise, solitaire et discrète

La population se faisant moins dense vers Venise la sérénissime, nous déciderons de partir. Opportunistes et impatients de recevoir une force d’émotions. Quelle ne sera pas la surprise, n’ayant rien préparé, aucune image visionnée à l’avance, aucune étude de son histoire. Tout sera curiosité, les sols, les murs et je m’attacherai aux petits détails d’une sonnette. Les Calle, Calletta nous retiendront et combien de fois nous nous égarerons dans les Ramo où le chemin bref se termine par un petit escalier immergé à moitié descendant ces 45 canaux.

Nous arpenterons comme une patrouille à pas de loups. Une sensation de liberté bien qu’encoffrés le long de ces passages étroits les Callettas où nos coudes écartés chatouilleront les murs. Ces enceintes nous paraîtront dominantes et pourtant nous ressentirons une douce liberté. Nous étudierons alors son histoire ; ces parcelles éternelles nous parleront un peu et nous pourrons évoquer et nous illustrer l’origine et les temps fastueux du XIVème siècle. En déambulant on s’enrichira chaque jour, on sera absorbés par la mémoire. Les murs ne nous laisseront pas le choix ; la chaux le stuc, les briques aux pigments empourprés nous embrasseront.

Il y règne un rayonnement saisissant, je vous invite au survol de ces quelques images en mémoire d’un voyage magistral.

Photos ©Lilycel & Michel R. – Août 2020
Partage autorisé - Usage commercial interdit