Tokyo avril 2017 – episode 3

EPISODE 3

 
Pélerinage au japon, avril 2017 – Tokyo • Fujiyoshida • Wakayama • Asuka • Nara • Kyoto

Tokyo – avril 2017 – toutes premières Sakuras

Lorsqu’on m’écoute, on entend que tout est facile et fluide mais bien que nous ayons un peu d’expérience nous nous embrouillons, enfin surtout moi, avec les directions, j’en entends un là qui doit se marrer en douce… il y a, au japon et surtout à Tokyo, tout de même, des dysfonctionnements de GPS tant s’enchevêtrent les connexions et puis ne pas se fier aux conseils de : vivre le japon ou encore kanpai.fr qui donnent parfois de mauvaises directions de sorties de gares ! Voilà comment entre le 2 et le 3 avril nous avons couru après Hervé finalement retrouvé hier pour une minute de bise et l’ultime photo avant l’année prochaine…

Je vous présente le parc de Shinjukugyoen, Shinkuku, un énorme quartier d’affaire en plein cœur de Tokyo qui abrite la plus grande gare du monde à plusieurs étages, croisement de toutes les gares, un assemblage de plusieurs quartiers.

Quelques photos de la ville

Le parc est déja source d’éclosions et attire une foule de photographes à objectifs géants ! Dans quelques jours il sera paré des fleurs de nombreuses variétés et ce sera féérique, aujourd’hui on se contente d’un décor à peine naissant.

Seconde partie de la journée, je souhaitais absolument faire connaître à mon acolyte l’okonomiyaki, nous nous dirigeâmes donc dans le quartier Asakusa chez Sometaro, un tout petit restau servi par des petites dames toutes courbées à force de servir les gens et préparer les tables basses sur lesquelles nous allons faire cuire les préparations. L’okonomiyaki, une espèce d’omelette avec une base de chou et vous choisissez ce que vous voulez rajouter, de la viande, des crevettes ou végétarien, un peu beaucoup de mayonnaise, des oignons et puis on vous explique en vous apprenant à compter en japonais (ichi ni san shi san roku…) comment faire cuire cette crêpe étrange sur la plaque de cuisson au centre de la table. On entre en chaussettes, et puis je vous présente Hanz et Herbert, nos nouveaux amis avec qui nous avons partagé le lunch. Au japon tout est contradictoire, tu vas au restaurant en famille et tu te retrouves face à un mur, dans un box comme un goûteur testeur sans pouvoir partager avec les tiens ou juste si tu rabats les cloisons ; soit tu te retrouves à une grande tablée avec les autres clients et je préfère cette dernière situation. Le plat n’a rien d’exceptionnel, seulement le cadre et le concept en valait tout de même la peine, c’était plutôt bon. Assaisonné au pinceau d’une sauce impossible à décrire et saupoudré de feuilles d’orties séchées.

On marche toute la journée, on marche jusqu’à la nuit et la nuit arrive très vite au japon, 18 heures, pas d’heure d’été ni d’heure d’hiver, en plein été il faudra vous y faire, 18 heures !

 

Sur ce je vous laisse, je prends la ligne Yamanote line et je rentre à Shibuya faire une pause !

 

Baisers from TOKYO !

error: no touch !