Tokyo 22-23 août 2016

22 aout 2016 Yakushima > Kagoshima > Tokyo

Le japon c’est ça : tu quittes tes hôtes pour le port et sur le chemin pour l’arrêt de bus, une mini voiture s’arrête devant toi et ton sac-à-dos, tu penses que la personne va te demander si tout va bien ou si tu n’as pas trop chaud, or une vieille dame souriante jusqu’aux oreilles quitte son siège, s’approche de toi et t’offre une superbe mangue sauvage en t’expliquant dans un japonais que tu finis pas très bien comprendre que les petites tâches sur le dessus ne te gèneront pas pour l’apprécier. Tu rêves ! Qu’on te pince ! Que ceux qui pensent à La belle au bois dormant peuvent sortir tout de suite !!!! Tu la remercie 32 fois car en fait c’est elle qui se réjouit la première de te sustenter, tu rêves, tu demandes à ton acolyte de te pincer encore, puis on se quitte sur mille saluts. La mangue était étonnante, jamais mangé un fruit pareil, delightfull !

Le japon c’est ça : tu arrives au port et tu entends ton prénom au loin et tu vois oh surprise ton hôte qui t’avait suivie en voiture pendant 25 minutes et te rapporte ton adaptateur de prises multiples avec un soulagement de bienveillance !

Toutes les nuits, l’aéroport de Narita se transforme en dortoir géant de crysalides silencieuses.

Yakushima 30 minutes de car, deux heures d’hydrospeed (que nous n’étions pas certaines de prendre car on m’annonce la veille des vents de mer et la possibilité de devoir rèserver un avion à la place puis cela changera encore le bureau des bateau changera notre heure de traversée au tout dernier moment, je devrai annuler mon vol – prit a la plage avec mon iphone sous un soleil de plomb – et faire coïncider nos horaires de car pour se rendre au port, une organisation de tous les instants !) que nous réussirons à prendre finalement à 13h30, durant lesquelles nous assisterons sur un grand écran les news japonaises en direct avec de nombreuses image de météo catastrophe sur le typhon Mindulle recouvrant Tokyo, je suis un peu inquiète pour la suite de notre petit voyage.

image

image

image

image

Arrivée à Kagoshima une heure de car (cars toujours très équipés, air conditionné, moquette luxueuse et service de bagages en soute, 3 heures d’attente à l’aéroport et surprise à 20h on comprend que notre avion aura 2h et demi de retard à cause de ce typhon, mais nous n’aurons pas cette version. Les voyageurs japonais ne laisse entrevoir la moindre exténuation, ils subissent la fatigue et attendent avec le sourire.
Nous décollerons à 22h30 et le vol sera très agréable car le typhon aura disparu.

image

 

Nous n’aurons bien sûr plus de trains pour rejoindre notre prochaine maison, alors nous resterons dormir à l’aéroport de Narita cette fois-ci parmi 5 fois plus de monde que la semaine dernière et un service pour donner à chacun un sac de couchage, à boire et à manger ! Il est 1h du mat, non mais on tourne un film !!!!

Comment les impondérables deviennent une aventure unique voire presque plaisante !

Nous nous trouvons un coin sous un kiosque à abonnement de carte Sim.

Le silence sera toujours le mot d’ordre. Sauf un groupe de 4 en face de moi qui pleurent de rire en demi-silence. Je me relève souvent, le sol est trop dur pour mon dos, je fais un petit tour, j’en vois dans des positions hilarantes et tordues, d’autres qui ronflent, certains ont préféré s’étendre sous les tables entre les pieds des chaises, d’autres jouent aux cartes ou regardent un film sur leur ipad. Régulièrement un officier fait sa ronde dans une démarche vive, les chaussures trop grandes.
Nous resterons ici de minuit à 5h du matin.

image

Au lever, l’aéroport reprend doucement vie, les voyageurs debout déambulants réapparaissent dés 4h du matin et nous, les endormis le restons plus ou moins, plutôt plus, sauf moi qui après de nombreuses tentatives, reste éveillée et dans l’expectative. Les restaurants réouvrent leur grille et les boutiques aussi avec précaution pour ne pas trop géner les crysalides accollées aux entrées pour les clients.

 

Tout le monde cohabite avec respect, le mot qui colle à tout. Et cela jusque vers 6 heures du matin, les duvets se roulent et se rendent au service spécial et même un agent passe avec un gros chariot pour récupérer les duvets ! Une expérience à vivre !!!

 

Signalétiques toujours bienveillantes…

image

Nous avons encore de la marche, plusieurs trains, métro et nous arrivons chez Kenta, un jeune japonais très accueillant.

image

Trois heures de sommeil de plomb et nous repartirons d’un pas ferme arpenter les rues d’Akihabara pour la seconde fois de notre voyage. Le quartier spécifique des collectionneurs de manga et électronique.

 

Puis une balade dans le quartier chic Ginza

ご清聴ありがとうございました

image