Tokyo 15/16 août 2016

Notre avion est trop tôt demain matin ; on file ce soir à l’aéroport !

Dormir a Narita le 15 aout

Rester déconnecté de tout fuseau horaire permet d’avoir un peu de temps pour enrichir son blog d’informations et anecdotes.
J’ai choisi de coller certaines de mes impressions écrites et envoyées à mes proches, elles sont le fruit de mes émotions transmises sur le vif.

Quand tu ne veux pas louper ton avion de demain à 7h, tu quittes ta chambre et tu vas dormir à l’aéroport 7h avant !

Changement de programme dernière minute, je décide de remballer et quitter nos hôtes pour aller dormir à l’aéroport. Le trajet est assez long et je crains d’être à la bourre demain matin. Nous devons enregistrer nos sacs avant 6h30.

Nos hôtes, les deux copines Kazuha et Reina nous écrivent le meilleur trajet pour repartir et nous cuisinent des petits paquets de riz enveloppés dans des algues façon makis nommé Onigri et nori. Et tout chauds !!

image

 

On se quitte, se congratule et s’envoie 47 fois des mercis puis on disparait harnachées de nos sacs-à-dos.
Elle nous ont suivi 5 minutes plus tard pour vérifier si on était sur le bon chemin et soucieuses de peut-être nous accompagner à la gare !! Nous les rassurons et nous re-congratulons encore 23 fois.

Le trajet en métro me donne une nouvelle idée pour un nouveau site web en cours…

Nous arrivons une heure après à l’aéroport de Narita.

Ah ben on n’est pas les seuls ! Vive l’aventure 😉

Nous trouvons un peu de place là ou deux filles avaient laissé leurs affaires pour aller charger leurs portables, on a un peu poussé leurs affaires et partagé leur coin, Quand elles sont revenues, rien, pas la moindre animosité, elles acceptent le partage, je réalise encore une fois la mentalité japonaise…

On essaie de se recroqueviller une heure ou deux et puis on se relève.

image

…/…il est 2h du mat on fait comme les autres, on partage un bout de canapé et on attend 6h pour le prochain avion 🙂. C’est surréaliste, les gens, surtout des jeunes, sont hyper calmes, quelques rires et grincements de chaises et il y a même des agents de sécurité pour nous garder 😉

Mon acolyte somnole, écoute de la musique, regarde Grey’s anatomy sur son téléphone, elle avait fait sa nuit tout l’après-midi.

Une très agréable ambiance règne 🙂 on a la clim légère et de petites suspensions de lumière douce.

Panoramique à 3h du mat, nous sommes de toute évidence les seules europeennes.
Ca se remplit doucement et toujours ce calme inpénétrable.

Je suis en forme, d’une forme étrange, je dois dormir 3h toutes les 8h et donc je vis une sorte d’état intemporel sans fatigue, j’ai marché seule cet après-midi pendant 5h dans un quartier populaire de Tokyo, j’ai traqué la cigale.
Je ne suis calée sur aucun fuseau horaire, c’est une expérience à réaliser.

Les magasins de cadeaux n’ont pas de rideaux de fer me fait remarquer mon ami Hervé, on remarque qu’ils sont fermés pour la nuit recouverts d’un simple filet.
Également aux postes de recharges électriques, il y a tout un tas d’appareils branchés mélangés les uns sur les autres et personne ne surveille ses affaires. 😳 La confiance n’est pas un luxe.

4h du matin, les boutiques ouvrent. Des cuisiniers apparaissent derrière des comptoirs dont les grilles se relévent et s’activent aux préparations diverses de noodles ramens et beignets en tout genre. On dirait qu’ils ont dormi, eux aussi, allongé par-terre depuis la veille sous leur comptoir. On ne les a pas vu rentrer.
Certains de nos voisins se réveillent et vont s’acheter un bol de nouilles bien chaud. On les voit s’étirer, je plains ceux qui ont dormi plusieurs heures allongés sur trois chaises. Pas un souffle d’humeur, on les sent habitués, peut-être même faisant partie du décor, c’est sans doute leur activité professionnelle, ils viennent dormir à l’aéroport, c’est une performance théâtrale.

Le périple continue, la salle de voyageurs se densifie. 5h, 6h, les hauts-parleurs se mettent à vocaliser des hiraganas stridents façon diligence et me percent les tympans. Les bruit reviennent. Un nettoyeur avec son aspirateur de poche vient frotter un centimètre carré de sol et s’applique avec une petite raclette à décoller des poussières ou chewing-gums invisibles. Nous nous dirigeons dans les nombreux couloirs de protocoles et poursuivons notre route. Les cervicales tirent mais l’excitation rend la douleur sourde.

 

ご清聴ありがとうございました

image