Fukuoka août 2018 – episode 1

Nous revoici après 16 trop longs mois d’attente !

Avion pour le japon
Ah, méprenons-nous, nous ne sommes pas logés ici mais seulement derrière cet espace convoité, toutefois, le hasard nous a postées au premier rang dans la rangée du centre, avec les jambes contre le mur et ce fut appréciable !
Japon 2018, Fukuoka • Hiroshima • Osakikamijima • Itsukushima • Oita • Yufuin • Beppu • Fukuoka

mon itinéraire au japon 2018

EPISODE 1

Fukuoka – août 2018

De retour, de retour tant attendu chaque année au pays de cœur !

Forte de ses 2000 ans d’histoire, Fukuoka est depuis toujours une porte ouverte vers l’Asie. Située face à la Corée et à la Chine, c’est ici qu’est entrée la culture continentale sur l’archipel. Aujourd’hui, cette cité contemporaine est la 8e ville du Japon, mais à côté de ses centres administratifs et économiques, elle a su préserver son héritage culturel et historique. Autrefois, il existait deux villes, Fukuoka, la ville seigneuriale, et Hakata, la ville commerçante. Les deux ont été réunies en 1889, mais aujourd’hui encore elle est souvent appelée Hakata comme l’indique sa majestueuse gare.

Gare de Fukuoka
Hakata station
Gare de Fukuoka
Hakata station

À l’intérieur de la gare se trouve des étages et des sous-sols de boutiques de cadeaux, de sport, de cadeaux, de luxe, de cadeaux, de bijoux, de chaussures, des milliers de restaurants, de cadeaux, high tech et de tout en même temps afin que le voyageur ne manquâsse de rien ! Á proximité se trouvent des montagnes, de magnifiques bords de mers, de nombreux parcs, jardins japonais et des onsens que nous avons adoptés chaque jour tant les sensations sont douces, des bains minéraux dans la roche, des massages très chaud aux tièdes vers les froids, des espaces de jets massants différents pour toutes les parties du corps ainsi que des petits canaux de rivières, rigoles et des étendues de repos sous des toitures ajourées.

Arrivée dans un quartier de style grande avenue oú se situe notre chambre de style samouraï, joli appartement partagé, tenu par Mika que nous ne rencontrerons pas, pour la remplacer, une box à serrure numérique. 

Une petite balade du quartier le premier jour en attendant le lendemain oú nous attendait une belle surprise. À cet instant nous sommes en transit de climat, il fait chaud et très humide !

1+1=5 joyeux « longs nez » transpirants à Fukuoka

Nous étions deux et subrepticement nous devenons cinq ! Sacrée nouvelle ! Alors avanti, nous partîmes à l’aventure durant cinq jours après avoir pris un petit déj’ de gloutons. Itadakimasu !! (Je remercie de recevoir ce repas)

Les Japonais mangent essentiellement aux mêmes heures que les occidentaux, un petit déjeuner, Asa Gohan ; un déjeuner, Hiru Gohan et le dîner, Ban Gohan.

« Gohan » signifie « riz » d’oú par extension « repas ».

Petit déjeuner japonais
Selon mon goút, le petit dej idéal mais sans riz…

🍱 🍱 🍱 🍱  🍱 🍱 🍱 🍱 🍱 🍱 🍱 🍩

Nous sommes donc partis pour la journée sur l’île de Nokonoshima, accessible très facilement en bus et par le ferry.

Nommée l’île des fleurs, Nokonoshima est un tout petit paradis multicolore. Vous y trouverez de belles plages sauvages et ne soyez par surpris de n’y voir personne, les japonais ne se baignent que très rarement et seulement dans des lieux aménagés avec maisonnettes, espaces de jeux pour enfants, jamais de façon simple sans protection et pour une courte escapade sauvage à la découverte de la nature. Je vous déconseille alors la plage Camp village and beach si vous êtes comme moi, car on se croirait chez les bronzés au club med, ça sent les grillades et l’espace protégé pour se baigner est sale. Je vous invite à vous rendre directement au Nokonoshima Island Park par le bus depuis votre arrivée sur le port. Vous serez vite emporté le lond de ses collines surplombant l’archipel, par les oratorios des cigales et le circuit d’un étonnant parc japonais différent de ceux que nous connaissons. Le fuchia en été des bougainvilliers repère des papillons-oiseaux, multicolores et ordonnées chaque massif appelle un assortiment de couleurs spectaculaires comme sur les catalogues des images bank. Chaque saison offre un camaïeu de variétés différentes, c’est une l’île métamorphose !

Première impression, l’ivresse qui rend hilare. 

Au bout de la colline centrale, nous faisons une halte pour nous asseoir en tailleur sur un tatami autour d’un bol de soba (nouilles japonaises assorties avec des bouillons). Quelques échoppes et maisons traditionnelles sont regroupées, je suis attirée par un potier et ses pièces miniatures. Je fais le tour du lotissement et j’entre dans une maison ouverte sur un atelier, qui sont les propres maisons des d’artisans. Je lève les yeux et je suis attirée par plusieurs étages de niveaux différents, des charpentes à petites échelles se superposent, des fenêtres coulissantes comme dans mes films d’animation préférées, des jeux de lumières s’échappent des portes coulissantes et j’entrevois une partie des espaces privés Une petite grand-mère arrive, nous nous saluons, puis elle me regarde avec l’espoir que je lui achète un souvenir, elle expose des dessins naïfs réalisés par son fils dont elle me montre le profil sur un paperbord. Je ne suis pas vraiment sensible à ces dessins. On se regarde sans dire mot, elle attend quelque signe de ma part pendant que je garde les yeux au ciel vers les étages de sa maison en bois, je suis subjuguée par toutes les curiosités élevées au-dessus de ma tête. Je ne prendrai pas de photo. Je lui dit merci et au revoir.

L’atelier du potier

🌼🌸🌷💐🌺🌼🌸🌷💐🌺🌼🌸🌷💐🌺

Canal city

Le centre d’Hakata au cœur de la fusion avec la ville de Fukuoka vous offre cet espace surdimensionné qu’est Canal City oú votre moindre envie de consommateur sera satisfaite. Des espaces tranquilles aux restaurants luxueux, des espaces ludiques aux point de pains de glace, des boutiques de grandes marques aux espaces souvenirs, des cinémas et team lab pour enfants, rien ne vous échappera et vous fera revenir car le lieu est spectaculaire, il est construit à la façon d’un demi dome à étages, ouvert sur plusieurs bâtiments en forme de vague pour l´un et reliés par des passerelles oú d’un balcon vous pourrez admirer à tout moment un spectacle musical et spasmodique, de jets d’eaux dansants. Au niveau des jardins artificiels, des enfants sont dans l’expectative et émerveillés. Bienvenue au pays du consumérisme à la démence. 

Yanagawa, canaux et cagnard

Toujours dans la préfecture de Fukuoka, Yanagawa est une ancienne ville bâtie sur le delta de la rivière Yabe. La ville comme la campagne sont drainées par une myriade de rivières, de canaux.

La ville est célèbre pour ses centaines de kilomètres de canaux sur lesquels il est possible de faire de petites croisières, ainsi que pour ses spécialités culinaires à l’anguille

Un Japonais pilote la barque avec un long bambou qu’il enfonce dans le lit du canal pour se diriger et avancer.

Nous tournons un peu en rond, il est pensable de descendre le canal en barque, il fait 38 degrès au moins et nous n’avons qu’une idée en tête, trouver un onsen ! Il fait tellement chaud ce jour-là que nous buvons plus d’1l d’eau par personne et par heure.

Il y a méprise de tentation, j’avais écris EAU pas GLACE !

Au japon, même avec quelques habitudes, nous tournons encore en rond parfois, errant au hasard avec plusieurs visites en quête, une rencontre imprévue, un lieu hétéroclyte, on se dirige vers un lieu puis on perd son chemin. Une petite faim, on est détrempé par le climat difficile les premiers jours de notre voyage puis on s´habitue, on entre par curiosité dans un restaurant et si on a la chance de lire ceci, c’est plus facile pour certains. 

Il y a ceux qui scannent les idéogrammes avec leurs applications pour traduire en français, c’est parfois très drôle !

Ensuite on réussit à trouver notre premier onsen en famille enfin en famille séparée puisque les hommes et les femmes ont leur espace respectif, donc si je résume après avoir traversé la ville à pied en plein soleil entre canaux et jolies maisonnettes, à rechercher des lieux qui sont certainement plus animés au mois de mai, en octobre et même l’hiver oú l’air est plus séduisant, nous nous dirigeâme comme le roi Arthur en short dégoulinant de sueur et ses quatre chevalières cramoisies vers notre graal, un onsen !

Ah voilà une petite eau aromatisée bien sympathique !

Je citerai souvent durant ce voyage tous les onsens qui nous auront charmés. Des bains de toutes sortes et de températures différentes, en extérieur et à l’intérieur. Vous alternez pour votre bien-être, vous êtes nus obligatoirement et les espaces sont en général séparés entre les hommes et les femmes.

Dans ces sources thermales, les hommes communiquent peu entre eux, les femmes davantage ; les japonaises ont un visage qui devient expressif et rieur dés l’instant où vous leur offrez un sourire. Entre « longs nez » (occidentaux) comme ils semblent nous qualifier, nous sommes parfois attirées entre nous et échangeons quelques émotions ainsi que des passages furtifs de nos vies. L’une est d’origine roumaine, une autre est française. Nous communiquons parfois aussi avec des japonaises et créons alors notre propre langage des signes. La communication est en éveil, chacune construit une phrase mêlée de japonais anglais, signes et sourires. 

Nombreuses ont été les brèves rencontres qui nous ont values d’être accompagnés en voiture pour éviter de longs trajets sous le soleil toride, à cinq dans un monospace super-équipé avec ordinateur de bord télévisuel à la japonaise (d’ailleurs ils sont maintenant débridés et les conducteurs profitent des images même en roulant ! Sans commentaires) sourires, curiosités et bienveillances à notre égard ! Officiers de police ou gardiens qui ont quitté momentanément leur activité afin de nous guider, etc. 

L’officier fera plus d’un km pour nous emmener jusqu’à notre onsen

Nakasu Kawabata

Fukuoka est réputée pour sa convivialité hors-pair. Le soir venu, les bars et izakayas de Nakasu, Daimyo, allument leurs lanternes et accueillent avec plaisir les clients de tous horizons. Pour prolonger la nuit, les clubs d’Oyafuko permettent de danser jusqu’au petit matin.

Semi, une copine !

La ville a développé de façon unique la culture japonaise des yatais : ces petites échoppes qui servent des plats populaires et n’accueillent qu’une petite dizaine de clients à la fois. Culture que l’on trouve dans tout le Japon mais qui est particulièrement présente à Fukuoka. Une centaine de yatais est installée à l’année dans les quartiers de Tenjin, Nakasu-Kawabata et près du port. Ici, on vient se serrer à ses voisins pour se restaurer, discuter, boire un verre. L’été, cette convivialité gagne aussi la plage où l’on peut réserver un barbecue dans la baie de Momochi.

Au Japon, la gastronomie de Fukuoka est nationalement reconnue. Du fait de la proximité de son port, le poisson semble passer directement du filet du pêcheur à l’assiette. Les sushis, sashimis promettent une fraîcheur exquise. Nouilles, yakitoris et autres marmites de légumes et de viandes (nabe) à partager font également partie de la gastronomie locale à tester absolument. Paroles de Japonais, le goût de Fukuoka attire les gourmets de tout l’archipel, peu importe les saisons !

Des filles heureuses qui en oublient qu’elles ont chaud !!

Le sanctuaire Sumiyochi Jinja

Il s’agit d’un sanctuaire qui honore les trois kamis Sumiyoshi ‘Sumiyoshi-sanjin’ toujours situé dans la ville de Fukuoka. Sumiyoshi-sanjin s’agit de trois kamis de la mer Sokotsutsuno-ono-kami, Nakatsutsuno-ono-kami et Uwatsutsuno-ono-kami. On appelle ‘Sumiyoshi-jinja’ des sanctuaires qui honorent ces kamis Sumiyoshi, et ils sont éparpillés dans le Japon.

Parmi ces sanctuaires Sumiyoshi, le sanctuaire Sumiyoshi-jinja de Chikuzen-koku Ichonomiya est le plus vieux sanctuaire Sumiyoshi du Japon. Dans l’enceinte se trouve la scène du théâtre Nô construit en 1938, inscrit à la propriété tangible de la ville de Fukuoka. Cette scène peut être utilisée pour une conférence ou un concert.

Le rouge vif et le vert colorent le sanctuaire principal, se détachant contre les arbres en arrière-plan. On remarque souvent au japon les arbres portent des tas de béquilles. Le sanctuaire est dédié à la sécurité des voyages en mer, car des personnes venaient ici pour prier avant de quitter la baie de Hakata. Le sanctuaire de Sumiyoshi était également l’un des plus classés de la région.

À droite du bâtiment principal se trouve une statue de lutteur de sumo. Comme le dit la légende, toucher les paumes de ses mains apportera de la force. Le dessin de cette statue ressemble à un lutteur de sumo des temps anciens, car le dieu de Sumiyoshi est aussi le dieu du sumo. Le terrain comprend également un ring de sumo.

Mitama matsuri

Le festival des lanternes Mitama matsuri est un festival qui a lieu chaque année au sanctuaire Gokoku (護国神社), tout près du parc Ohori. Ce festival est célébré durant Obon (お盆, la fête d’Obon est la fête des morts, à Kyushu elle commence le 13 août et le point culminant est le 15 août).

Dès le 13 août, les familles accrochent à la porte de leur maison une lanterne ou est écrit le nom de la famille. C’est un peu l’équivalent de notre Toussain.  Les japonais croient que lors de cette fête les ancêtres reviennent sur terre et retournent dans leur maison, à l’aide des lanternes ils n’auront aucun mal à retrouver leur chemin.

Nous avons pu déambuler parmi les dessins de chaque famille et les lanternes jaunes. Le pélerinage se termine par une grande kermesse réunissant des petites brocantes et des restaurants ambulants, des spécialités du coin.

Il fait toujours 34 et quelques degrès ce soir-là, la foule et la chaleur des cuisines prennent place. Les cigales chantent et les japonais sont heureux !

Un jardin japonais au japon

Oui parce qu’au japon il y a aussi des jardins pas japonais, des jardin à « pas japonais » et des jardins japonais. 

Alors ceux-ci se visitent comme un musée, il vous en coútera 2 ou 3 euros pour vous émerveiller tandis que vous vous ferez littéralement dévorer par les moustiques tigres et autres plantes pique-fesses. La lourdeur est significative de ralentissement afin de mieux apprécier le paysage taillé aux ciseaux. 

美しい日々をありがとう

Je vous donne rendez-vous bientôt pour la suite du voyage.

error: no touch !